Sélectionner une page

Le mouvement Legalize fulmine contre le gouvernement et l’amende forfaitaire

Le mouvement Legalize fulmine contre le gouvernement et l’amende forfaitaire

par | Juil 27, 2020 | Actualité juridique

EN BREF | Nos partenaires du mouvement Legalize s’insurgent aujourd’hui de la politique gouvernementale en matière de cannabis. Ils interpellent le gouvernement et rappellent leur engagement pour la régulation. Le site L630 ayant été l’objet d’un hack il y a quelques jours, nous publions ce communiqué qui a déjà été largement relayé sur les réseaux sociaux.

Le premier ministre annonce une campagne massive d’amendes forfaitaires pour les consommateurs de cannabis. Ainsi, il n’était pas possible de tester le coronavirus pendant trois mois et maintenant, on va gaspiller les deniers publics pour tester combien d’individus ont des traces de THC sous la langue dans les quartiers populaires…

Il y a deux jours, les douanes opéraient des saisies dans des boutiques de CBD, dont une boutique Legalize à Paris, s’emparant de tous les stocks, menaçant de fermeture, au cas où leurs analyses trouvent plus de 0,2 % de THC… Or ces boutiques sont d’utilité publique. À l’heure du confinement et du Covid, on le vérifie plus que jamais.

Le premier ministre prend les choses de haut, lorsqu’il affirme qu’il ne tolérerait pas « l’inacceptable ». Ce qui est inacceptable, c’est que la police sous les ordres du nouveau ministre de l’Intérieur, monsieur Darmanin, persiste à persécuter des boutiques qui font un commerce légal, ainsi que les juges le confirment systématiquement, à tous les niveaux de droit, jusqu’en cour européenne. Procureurs et flics font mine d’ignorer la jurisprudence, lorsqu’ils engagent leurs procédures. Ils savent qu’elles sont abusives, comme l’ensemble de leur comportement, mais le code leur donne les moyens d’empêcher y compris ce qui n’est pas interdit, et d’emmerder jusqu’à dégoûter. Ils le savent, et ils ne s’en privent pas.

De même qu’ils ne se privent d’envoyer leurs hackers pour torpiller les sites internet, comme c’est le cas de celui de nos amis de L630, qui n’osent s’en plaindre tellement c’est bas. C’est ça l’inacceptable. Mais le pire n’est pas là.

Ainsi, la réponse de Castex au mouvement contre les violences policières serait de les multiplier ! Bravo. Il a tout compris. Et Darmanin voudrait reprendre à grande échelle la politique du Karcher de son ami Sarkozy… Bravo, encore bravo. Continuez comme ça. Vous voulez quoi ? Faire flamber le pays pour prouver qu’on a besoin de pompiers ? Nous appelons le Président Macron à revoir d’urgence sa politique. La France doit aller de l’avant, pas en arrière, chercher des solutions au lieu d’agiter de faux problèmes en montant en épingle des faits divers. Et pour chasser les gangsters, il frappe les simples usagers…

Surtout n’oublions pas que le Premier ministre monte sur ses grands chevaux au nom de la « sécurité », en cherchant très inutilement à faire peur avec les banlieues, alors que tout le monde sait qu’il y a urgence à se préoccuper de sécurité sanitaire et écologique. Amusant de voir d’ailleurs combien le gouvernement l’oublie, ne trouvant rien de plus pressé que d’ordonner des tests salivaires massifs en pleine pandémie !

Nous appelons également le ministre de la Santé à rappeler ses collègues à l’ordre quant aux véritables urgences.
Et nous invitons le public à refuser ces amendes dites forfaitaires et à les contester devant les tribunaux.

Nous appelons également le nouveau ministre de la Justice, monsieur Dupont-Moretti, à prendre en considération le fait que ces amendes pourraient s’appliquer principalement à des populations démunies, et à donner des consignes en ce sens au ministère public, afin d’éviter qu’un scandale social s’ajoute au scandale de l’inconscience de son gouvernement.

Quant à la sécurité, ces messieurs feraient bien de s’aviser de ce qu’il n’y a qu’une seule solution, la légalisation, comme déjà dans nombre de pays, et de préférence une légalisation intelligente qui fasse profiter les quartiers défavorisés. Mais, bien sûr, eux, ils préfèrent la guerre, la sale guerre à l’abri des virus.

Legalize, le 25 juillet 2020.

Rejoignez-nous !

Parce que nous devons tous et toutes nos mobiliser pour changer les politiques des drogues en France, nous comptons sur l’engagement et la détermination de toutes les bonnes volontés. 

Nos publications

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *