Après l’enquête accablante de Libération, en finir avec la CSI 93

par | Déc 17, 2021 | Actualité juridique, Communiqué

Le journal Libération a publié ce matin une enquête accablante contre la Compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) de la Seine-Saint-Denis (93). Sous la plume du journaliste Ismaël Halissat, elle met en évidence un système raciste et mafieux qui fait dériver le rôle de la police.

Cette enquête met en évidence des pratiques d’un autre temps. Les policiers inventent des délits imaginaires, produisent des procès-verbaux fantoches et multiplient les contrôles au faciès. Les accusations de rébellion, d’outrages à agent et d’infraction à la législation sur les stupéfiants se multiplient, autant de délits qui ne justifient aucune preuve et ne se fondent bien souvent que sur le travail des services.

À cela s’ajoutent les violences physiques contre des personnes innocentes qui ont toutes comme point commun d’être des hommes jeunes issus de l’immigration, le vol des biens personnels qui disparaissent lors des interpellations.

L630 constate une nouvelle enquête qui entache l’honneur de la police républicaine, remet en cause sa légitimité à intervenir dans l’espace public et regrette que l’Inspection Générale de la Police Nationale n’ait pas pris la mesure de l’atteinte aux libertés individuelles commises par cette brigade.

Au regard des éléments portés à sa connaissance, l’organisation L630 appelle le gouvernement à mener une politique de tolérance zéro sur les abus des forces de l’ordre, prononçant la mise à pied de l’ensemble des personnes qui ne méritent plus de disposer du monopole de la violence légitime. Enfin, elle appelle à la dépénalisation de l’usage de drogues, instrument favoris des détracteurs du lien social pour marginaliser et stigmatiser davantage des populations déjà vulnérables.

« Une fois de plus, nous constatons que les délits relatifs aux stupéfiants sont employés pour alimenter une politique de contrôle social, permettre à quelques personnes en mal d’activité de se défouler sur des arabes et des noirs. Si le gouvernement n’entend pas tenir compte de ces preuves irréfutables et continue de protéger ses agents, le pouvoir législatif ne doit plus laisser d’occasion dans le droit français d’interpeller et de mettre en cause des personnes sur le seul fondement de la possession personnelle de quelques grammes de produits stupéfiants. Il faut dépénaliser l’usage des drogues pour empêcher ces interpellations problématiques car elles ne s’arrêteront pas. »

Béchir Saket – Porte-parole de L630

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.